akagera_home.png
 

Akagera, un nom mythique

Ayant eu la chance de collaborer à de nombreuses reprises avec le vibraphoniste Benoit Lavollée c’est autour d’un nouveau trio nommé Akagera en hommage au morceau éponyme du maître Henri Texier que Benoit me sollicite pour construire l’identité du projet.

Les premières écoutes m’accrochent et j’imagine rapidement un univers animal au plus près des origines du thème de Texier. Si leur musique est riche de sonorités aux couleurs africaines et vivantes, c’est sans doute parce que l’Akagera est un parc plongé au cœur du Rwanda.

Le trio souhaite quelque chose de moderne et de très graphique. J’opte donc rapidement pour l’utilisation d’un motifs de zébrures et une bichromie de nuances de noir et de jaune conférant à l’ensemble un caractère rayonnant et moderne. L’emploi de la célèbre typographie Digestive, dessiné par mon ami Jérémy Landes renforce l’animalité par ses volutes.

 
akagera_cd_serpente_julian_legendre_01.jpg
akagera_cd_serpente_julian_legendre_08.jpg
 

La photographie :
un élément trop souvent sans identité

L’une des forces de cette nouvelle identité est la puissance de la photographie. Je souhaite une direction artistique singulière proposant des portraits qui ne sont pas uniquement des instantanés naïfs des artistes, mais qui portent et révèlent un sens supplémentaire à l’album. Charlotte Brunet réalise pour le trio une série de de clichés à contre-jour. Les clichés s’accumulent puis tout à coup, tout le monde se prend au jeu et se laisse aller et clac ! C’est dans la boîte.

 
akagera_cd_serpente_julian_legendre_09.png
akagera_david_georgelet_charlotte_brunet_julian_legendre.jpg
akagera_benoit_lavollee_charlotte_brunet_julian_legendre.jpg
akagera_stephane_montigny_charlotte_brunet_julian_legendre
 
 

Spacialisation ?

La finesse de la danse entre la typographie et le motif offre un second regard et une profondeur en adéquation avec leur œuvre mais aussi avec le programme de spacialisation de leur musique.

Sorte de 3D du son, le trio a enregistré l’album avec une technologie unique dans le jazz qui permet une expérience de son spacialisé.

ci-dessous une vidéo à écouter au casque :

 
 

Serpente : L’album

un digisleeve trois volets qui présente les portraits et un joli petit texte de la main d’Henri Texier :

 
akagera_cd_serpente_julian_legendre_11.png

Quelle belle idée que d’appeler ce trio AKAGERA pour cette évocation d’Afrique particulièrement mise en valeur par une instrumentation très inhabituelle qui évoque tour à tour la musique de jazz, les balafons, les trompes et les multiples percussions africaines...Les savanes, les forêts profondes et le « Pays aux mille Collines ». Un bien sensible voyage aux originales et primitives résonances.

Henri Texier


akagera_cd_serpente_julian_legendre_10.png

Teaser Serpente

Teaser réalisé par Laura Geiger

julian.png

Le petit truc de Julian : Pensez à utiliser seulement 2 couleurs et essayer de choisir parmi le Cyan, le Magenta, le Jaune ou le Noir. Cela vous permettra de réaliser des impressions dans des machines passant du CMJN et de profiter des tarifs appliqués. Il est parfois complexe et couteux de varier les encres et de choisir des couleurs Pantone comme dans l’industrie du disque. J’utilise ici un Jaune 100% et des nuances de noirs uniquement et les couleurs claquent vraiment !

 

Client : Akagera
Lead design : Atelier Julian Legendre
Artwork : Julian Legendre
Photographies : Charlotte Brunet Legendre
Motion : Laura Geiger
Réalisation : MPO