Comme à chaque début d'année, je propose aux 3e année un sujet de design appliqué, de façon à évaluer leurs connaissances, leurs acquis et déterminer les marges de progressions. Pour cela je propose de réinventer une marque de beauté. À chaque séance l'étudiant livre une étape de la construction de l'identité de marque. Construction de son brief, création du logo, des produits, de la comm, puis de la présentation globale, seront les grandes étapes.

Même si le rythme est soutenu et les attentes très concrètes, il est pour moi fondamental que chaque étudiant créé son propre sujet. Si définir sa "cible", ou ses utilisateur semble important, il est important de fantasmer son client. Qui est-il ? Quelle musique écoute-t'il ? Quel est son parcours, ses goûts ? C'est une approche qui permet d'apporter du sensible, des émotions. En effet, les résultats sont souvent plus libres et plus riches quand l'étudiant s'approprie un sujet et y apporte toute son imagination et sa créativité même dans la construction du brief.

Le sujet a été lancé à la rentrée d'octobre et les restitutions ont eu lieu le 30 novembre. Voici quelques thématiques dessinées par les étudiants :

- pour les boxeurs
- pour les "workeuses"
- pour les danseuses
- pour les guitaristes
- vernis en spray
- qui enlève les complexes
- un produit pour chaque saison
- un produit pour tatouage
- un anti-pollution
- à base de cannabis
 


ESSENTIA

Lucile a créé Essentia, une marque lutter contre la pollution et son impact négatif sur votre peau. Un joli projet artistique ou les tâches d'encres sont une métaphore adaptée au sujet et offre une esthétique en adéquation avec la cible métropolitaine.


Accord

Capture d’écran 2016-12-05 à 09.34.50.png

La cliente de Barbara est Anna Reinhardt, la petite fille de Django. Pour elle, elle créé une marque de produits à destination des guitaristes pour prendre soin de leurs mains. Protectrice, réparatrice, mais aussi magique, avec une crème pour améliorer les compétences et la dextérité. Elle se base sur des célèbres titres de Django pour construire ses gammes et dessine un logo inspiré d'un accord de jazz. Barbara réalise des motifs d'habillage et construit une communication visuelle avec des illustrations narratives. Un projet très créatif et très concret qui se distinguerait clairement dans notre paysage publicitaire.


DEEP SKIN

Capture d’écran 2016-12-05 à 09.49.08.png

Florian propose une marque pour les tatoués pour révéler la beauté de leurs tatouages. Il dessine un univers créatif précis porté par son style illustratif marqué. Il construit 3 illustrations pour chacune de ses gammes. Il propose une métaphore particulièrement bien vu : Le tatouage apparait au fur et à mesure que le produit se vide, laissant comprendre que le produit révélateur de tatouages fait effet ! Bien vu !


GREEN DNA

Capture d’écran 2016-12-05 à 10.51.10.png

Mathilde veut une marque différente. Une marque qui propose des produits à base de cannabis. Basé sur plusieurs études scientifiques, elle construit des gammes aux propriétés anti-âge ou hydratantes. Inspiré par des champs iconographiques singuliers ou formes cellulaires, détails scientifiques, et influences artistiques se mélangent, elle débute par la construction d'un alphabet cellulaire pour construire son logotype. Mathilde réalise ensuite des aquarelles symétriques, en écho au test de Rorschach qui seront imprimées à l'intérieur des flacons et librement repris dans la communication. A destination d'un public alternatif, la campagne de communication se veut complexe avec un message caché et prône la différence. Un projet très (très) sensible !


Nailspray

Christine réalise une marque de vernis en spray. Elle débute par la mise en place d'un logo librement inspiré du vaporisateur, puis met en place des visuels de communication tout aussi inspirés. La qualité, la justesse de l'abstraction et la sobriété de composition de ces visuels, favorisent la persistance rétinienne et transposent ces visuels de communication en "icône pop".


ALMIGHTY

Sadi est boxeur. Il décide d'inventer une marque pour Jérôme Le Banner. Il se nourrit d'abord de la citation du grand Ali pour construire son logo. 

"vole comme un papillon, pique comme une abeille"

Ensuite il dessine 5 animaux pour les 5 éléments (terre, eau, air, feu et éther). Chacun sera l'ambassadeur d'une propriété : hydratant, chauffant, etc. Il construit une marque aux codes transverses qui lui permet d'attirer boxers et néophytes. Les compositions tout en élégance proposent des produits et des affiches publicitaires sobres. Un projet avec des grandes qualités créatives et techniques. 


Pour conclure : Je suis toujours très surpris de découvrir les projets créatifs des étudiants et très enthousiaste par de telles restitutions pour le premier sujet de l'année. En faisant travailler les étudiants à priori loin des contraintes qu'impose le milieu de la beauté, on libère les imaginations et les talents et on peut alors créé "hors de la boîte". Packaging, techniques de réalisation, produits aux vertus magiques, pas de limite créative. Pourtant au final les projets sont très concrets et très convaincants et auraient leurs place face à des propositions d'agences créatives bien moins innovantes... Bravo donc à la classe et à bientôt autour du thème du label de jazz...